Contribution au débat « Quelle France dans 10 ans »

Contribution de Bariza Khiari, Vice-Présidente du Sénat, Sénatrice de Paris, aux travaux de prospective : « Quelle France dans dix ans ».

La France souffre d’une nouvelle fièvre obsidionale : l’Europe est désignée comme l’ennemi de l’extérieur et les immigrés et les personnes issues de l’immigration ceux de l’intérieur. Le projet républicain de vivre ensemble s’abîme, enseveli dans des failles profondes. Une des manifestations récentes de ce malaise réside, entre autres, dans l’érosion du consentement à l’impôt, qui n’est autre que la traduction d’un sentiment d’injustice et de mépris.

Par ailleurs, ce mal-être s’exprime également et de plus en plus dans des manifestations identitaires. Le corps social ne se conçoit, ni ne se projette dans une communauté de destin. Les individus s’agrègent à des communautés ad hoc qui, dans une compétition mortifère, s’emploient à dénoncer le sort qui leur est fait au bénéfice de tiers : fonctionnaires contre salariés du privé, périurbains contre métropolitains, chômeurs contre travailleurs, Paris contre Province, et, plus cruellement peut-être, élite contre le peuple, croyants contre non-croyants. Pourtant, la fracture qui occupe le plus l’agenda médiatique, et à laquelle semble se réduire l’ensemble des maux de la société, tient dans cette pétition de principe : notre République serait à l’épreuve de l’islam.

 

Tout questionnement sur notre modèle se heurte à une reductio ad undecim[1]. Les attentats terroristes du 11 septembre constituent, du point de vue des relations internationales, le point d’entrée dans le XXIème siècle. En France, l’ombre du 11 septembre a obscurci les possibilités d’existence d’un débat sur les dérives schizophrènes de notre modèle républicain. Cette référence fonctionne désormais comme un vortex, noyant dans un tourbillon d’amalgames et de peur, toute possibilité de bon sens.

La place démesurée prise dans le débat national sur la visibilité de l’islam tient évidemment à l’histoire française du XXème siècle, marquée par la décléricalisation, la sécularisation et les combats féministes. Mais son instrumentalisation politique, menée de façon irresponsable notamment dans le cadre du débat sur l’identité nationale de 2009, a permis à l’extrême-droite française d’opérer un rapt sur la notion de laïcité et d’en dévoyer ainsi le sens. Le musulman, nouvelle figure du juif apatride, fait peur.

Ce diagnostic d’une société de défiance, décliné dans une myriade de sondages tous plus anxiogènes les uns que les autres, se précise jour après jour. Un épais brouillard, constitué de peurs, d’ignorances et d’incertitudes, campe sur la ligne d’horizon. Comment le dissiper ? Comment retrouver une perspective, un projet commun à réaliser ?

Le lien social, la volonté de vivre ensemble, la cohésion nationale, tout cela ne se décrète pas, ni ne s’organise autour d’une marche, d’un concert, d’une pétition, ni même d’une loi mémorielle. Il ne suffit pas de déclamer la promesse républicaine, il faut la réaliser. Le vivre-ensemble doit se décliner dans le faire-ensemble.

Or, l’universalisme du projet républicain s’abîme et se délégitime tant les faits, les politiques et les discours y contreviennent. Les « issus de l’immigration » et des minorités visibles sont les victimes d’une maltraitance politique et médiatique. Elle l’est d’autant plus que les condamnations sont rares, du fait notamment d’une réelle difficulté à apporter des preuves de faits délictueux. Par ailleurs, le dépôt même de plainte est parfois peu aisé, la plupart des actions aboutissant à de simples mains courantes qui blessent les justiciables dans leur démarche pour retrouver une dignité bafouée par des propos racistes.

L’expérience massive et continue de la discrimination vécue par les citoyens français issus de l’immigration – quand bien même serait-elle de la énième génération – ou appartenant aux minorités visibles, demeure largement sous-estimée et parfois même disqualifiée. Cette minimisation tient à la singularité de cette expérience, balisée par « la certitude d’être discriminable et l’incertitude d’être discriminé » (François Dubet, in Les places et les chances).

Il est difficile en effet, dans l’expérience de la stigmatisation, de distinguer ce qui relève du racisme, de la discrimination, de l’inégalité de traitement ou de l’injustice. C’est cette confusion aussi bien phénoménologique que conceptuelle, qui paralyse l’arsenal législatif et réglementaire destiné à combattre les discriminations. Et c’est cette même confusion qui autorise certains à ne pas reconnaître la discrimination, à lui nier toute dimension politique en la réduisant à de la simple subjectivité, voire à une pathologie paranoïaque. La maltraitance politique des minorités provient non seulement des discriminations, mais aussi de la disqualification symbolique de cette expérience, désignée comme une vulgaire opération de « victimisation ».

Les élites politiques et administratives, dans un déni de réalité, ont toutes les difficultés à percevoir l’écart entre deux siècles d’idée républicaine et les faits objectifs : il suffit encore pour certains de réciter l’article premier de notre Constitution comme « solde de tout compte ». Convient-il de rappeler que l’idée républicaine était une réaction à la « cascade des mépris » qui organisait la société d’Ancien Régime ? Le mépris contemporain n’est plus seulement vertical ; il est cynique, diffus, sournois, anonyme, et parfois même institutionnalisé.

La communauté nationale doit pouvoir réinvestir son identité dans un récit et un projet commun : un nouveau récit national doit succéder à « nos ancêtres les Gaulois », à « l’appel de Londres » et aux « Trente Glorieuses ».

Pour cela, il faut d’abord que la France se regarde et s’assume telle qu’elle est :

>      une Nation largement façonnée démographiquement et géographiquement par son passé colonial ancien, avec les territoires  ultramarins, reliquats de cette période de la Nouvelle France, les migrations du sud et de l’est de l’Europe, au début du XXème siècle notamment, qui  se sont progressivement mêlées à la population française et son histoire plus récente avec la décolonisation au forceps de sa rive Sud ;

>      la France est aussi un isthme et un carrefour géographique ayant toujours favorisé, de par sa position, l’immigration ;

>      c’est surtout un pays en paix sur son territoire depuis plus d’un demi-siècle. C’est une population éduquée ; c’est un État Providence à la peine, mais toujours debout ;

>      c’est aussi la cinquième puissance mondiale.

Il est grand temps de se défaire de cette image d’une France comme un village gaulois résistant à l’envahisseur et d’assumer notre identité : celle d’une Nation dont le passé récent est complexe et dont l’avenir est lié politiquement et économiquement à l’Europe ; celle d’une Nation forte d’une population aux identités multiples qui aspire à faire vivre le pacte national.

En s’identifiant à l’universalisme, la France s’était d’une certaine façon affranchie de ses frontières. La qualité de Français était même reconnue à ceux qui adhéraient à ses valeurs. L’adhésion républicaine fondait la citoyenneté. Or, l’ADN républicain n’a pas permis de nous prémunir du retour d’une identité se revendiquant du territoire. Le mythe du « plébiscite de tous les jours » se fracasse sur les frontons des préfectures et sur les barrières des discriminations.

Comment aujourd’hui insuffler la confiance nécessaire pour redonner sens et corps à l’idée républicaine et laïque d’une égalité des droits, sans distinction de race et de religion ?

1/ la centralité de l’École dans la fabrique d’un citoyen « éclairé ».

L’École a largement contribué à la légitimation de l’idée républicaine et à la création d’un sentiment d’allégeance nationale, via notamment l’imposition du français comme langue unique d’enseignement sur tout le territoire. Cette homogénéisation de la langue de l’enseignement est constitutive de la construction républicaine et moderne de la France.

Ce processus historique et politique est achevé : le français est la langue commune, le pouvoir politique s’est émancipé du religieux, la laïcité est revendiquée comme un patrimoine commun. Pourtant, les crispations se multiplient. Il est temps de réassigner à l’École une ambition d’éducation élargie, en fidélité avec l’esprit de la célèbre Lettre aux instituteurs de Jules Ferry. Il faut que l’école réinvestisse une mission éducative, prenant appui sur ses missions d’enseignement.

Si l’on veut bien accepter le fait que la France du XXIème siècle est une France métissée, aux identités multiples, cela implique, pour l’École, non plus de les ignorer, ni même de les reconnaître, mais de les inscrire pleinement et objectivement dans l’histoire nationale et pas seulement en note infra paginale. Seule l’École a la force, l’organisation et la légitimité pour mener à bien cette fabrique du citoyen, de remporter, jour après jour, par une succession de petites victoires sur l’ignorance et les préjugés, non pas les cœurs, mais les esprits.

Cette mission éducative pourrait se déployer suivant trois axes

Proposition 1 : évaluer et revoir l’enseignement du fait religieux

L’enseignement du fait religieux, inscrit dans les programmes depuis 2006 sur les préconisations du rapport de Régis Debray, doit être évalué, et sans doute revu. Les enseignants ne sont pas encore convaincus de l’utilité sociale et de la nécessité démocratique d’une meilleure connaissance historique et culturelle du fait religieux. Pire, certains ont le sentiment de trahir le principe laïc ne serait-ce qu’en évoquant l’histoire des religions ou encore le patrimoine architectural et culturel des trois religions du Livre.

L’alternative ne doit pas se jouer entre la formation d’athées ou d’agnostiques incultes (entendu d’un point de vue religieux) ou de croyants sectaires. L’objectif est bien d’outiller des esprits capables de reconnaître autrui, quelle que soit sa couleur ou sa religion, comme un semblable en dignité.  Cet enseignement imposera une nécessaire formation des enseignants, non seulement sur le contenu mais également sur les méthodes pour aborder les questions et réactions des parents, comme des élèves, que cet enseignement pourrait susciter. De toute évidence, il est délicat de traiter de questions touchant même indirectement aux trois religions monothéistes sans entraîner d’éventuelles contestations. Cependant, c’est bien à l’école que l’on doit enseigner l’esprit critique et la séparation entre foi, raison et événements historiques. La difficulté ne doit pas inciter à reculer sur ces thèmes favorisant le vivre-ensemble mais doit conduire à un effort à destination du corps enseignant, en première ligne sur ces questions.

Proposition 2 : aborder la colonisation et la décolonisation du point de vue d’une « histoire partagée »

Au-delà de la question religieuse, il importe également de donner toute son importance à l’histoire contemporaine, notamment dans sa dimension coloniale. Son enseignement doit permettre à chacun de comprendre le caractère partagé de la construction nationale et d’apaiser les tensions que cette histoire récente est susceptible de créer. Il serait par ailleurs souhaitable que cette histoire fasse l’objet d’une vision non pas forcément consensuelle mais partagée. Une commission mixte d’historiens des deux côtés de la Méditerranée avait été créée pour favoriser l’émergence d’une histoire commune et apaisée. Il conviendrait d’en relancer le processus et d’étendre cette initiative.

Proposition 3 : intégrer au plus tôt la question de l’usage des technologies de l’information dans l’enseignement

Parallèlement à l’enseignement du fait religieux, l’école doit apporter aux élèves des clés d’analyse et de compréhension des informations et des opinions accessibles via les nouvelles technologies de l’information. La mutation des modes de transmission de l’information, la démultiplication des canaux, rendent immédiatement accessibles des informations quelle que soit la requête. La hiérarchie du « savoir » n’est plus l’apanage de l’enseignant, mais de « l’algorithme de Google ».  Par ailleurs, derrière les masques de l’anonymat, tous les propos, dans les forums sociaux, les blogs, les sites d’opinion, bénéficient de prime abord, d’une même légitimité.

L’école, dès le primaire, doit apprendre à nos enfants à utiliser aux mieux les nouvelles technologies, tout en leur inculquant les capacités cognitives et les ressources intellectuelles pour distinguer, dans le flot de données, ce qui relève de l’information ou de la propagande ; de l’amateurisme ou de la démarche scientifique ; de la croyance ou du savoir.

À côté de la compréhension des textes littéraires ou des documents historiques, nos enfants doivent être armés pour analyser, contextualiser, mettre en perspective critique les opinions et informations délivrées en flux continu. Il serait opportun de veiller également à sensibiliser dès le plus jeune âge au bon usage de la parole sur internet par des rappels à la loi, des présentations de cas précis pour mieux éduquer au comportement responsable dans l’usage des nouveaux médias. C’est parce que l’école laïque est le seul espace public intégralement astreint à la neutralité qu’elle a la crédibilité et la légitimité pour porter un discours, d’une tonalité apaisée, sur les éternels sujets de crispations et donner les clefs de la résistance aux sirènes sectaires.

Ce projet scolaire est, au delà de son ambition, un projet de long terme, aussi bien en temps de formation des enseignants, qu’en mise en place. C’est sur le temps long qu’une telle politique pourra être évaluée.

Proposition 4 : préciser le champ d’application de la laïcité dans le cadre de la petite enfance et des sorties scolaires

 

Dans le temps court, deux réformes permettraient de redonner au principe de laïcité toute sa clarté : il n’est pas attentatoire de reconnaître le droit aux crèches privées, surtout celles qui ont signé une délégation de service public, d’inscrire le principe de neutralité dans leur règlement intérieur, tout comme il n’est pas attentatoire à la neutralité de l’école de permettre aux mères qui portent un foulard d’accompagner les enfants en sortie scolaire.

2/ Le primat de la citoyenneté sur l’identité.

Proposition 5 : aligner le droit des ressortissants extra-européens sur celui des ressortissants communautaires

Deux autres réformes seraient de nature à donner chair à l’idéal républicain. La première, éminemment civique, consiste à accorder le droit de vote aux étrangers extra-communautaires titulaires d’une carte de résident de longue durée, aux élections locales ; l’autre, méritocratique, consiste à supprimer, pour cette même catégorie administrative, la condition de nationalité pour l’accès au concours de la fonction publique non régalienne, à l’instar de ce qui est accordé aux ressortissants européens.

Ces mesures, qui doivent être issues du débat parlementaire, ont pour objectif politique d’asseoir le primat de la citoyenneté sur l’identité réelle ou supposée. Mais de telles mesures législatives ne pourront s’inscrire qu’à la condition d’un changement du climat politique. Le pouvoir exécutif, qui gouverne aussi par l’exemplarité, doit user, avec discernement et courage, de son pouvoir de nomination et de distinction.

Proposition 6 : banaliser la diversité

Il est incompréhensible par exemple qu’aucun homme ni aucune femme issu(e) de l’immigration post-coloniale n’ait été nommé(e) au sein du Haut conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes, mis en place début 2013 ; il n’est pas compréhensible que si peu de femmes et d’hommes issus de cette même immigration soient proposés et distinguées dans les ordres honorifiques de notre République.

Parallèlement et dans le même esprit, les partis politiques doivent persévérer dans le renouvellement de leur cadre, en ayant le souci d’éviter de conjuguer parité avec diversité. Les femmes de couleur ou issues de la diversité sont trop souvent la variable d’ajustement de la parité, restreignant de facto les possibilités pour un homme relevant de la catégorie « minorités visibles » d’accéder à des fonctions électives.

Il est périlleux de faire la juste part des choses pour expliquer ce déficit de reconnaissance et de représentation des populations issues de l’immigration et des minorités visibles. Certains, encore dans le déni, invoquent la nécessité de « donner du temps au temps » permettant l’émergence d’une élite de la diversité ; d’autres, usant d’un raisonnement de sophiste, s’interdisent tout sous prétexte de protéger la République des coups de boutoir de l’extrême-droite. Quelques uns, enfin, fossoyeurs de l’idéal républicain, et nostalgiques du régime censitaire, estiment que les élites ne peuvent provenir que « du corps traditionnel français », autrement dit, blanc et masculin. Mais la plupart sont les otages de l’opération d’ostracisation entretenue par les médias sur les faits relevant de près ou (le plus souvent) de loin à l’immigration, à l’intégration, au terrorisme, rangeant le tout sous la bannière commode de l’Islam fondamentaliste, suivant l’argument de la reductio ad undecim.

En cela, les médias, qui sont autant un contre-pouvoir qu’un pilier fondamental de notre démocratie, manquent cruellement à une déontologie élémentaire. Etymologiquement, ils ont une fonction de médiation ; or, très concrètement, ils ont contribué à alimenter et entretenir un climat de division et d’hystérisation. Le jeu trouble des médias consistant à célébrer une équipe nationale de football « black-blanc-beur » quand elle gagne et la réduire à une « bande de racailles » quand elle perd, est délétère. D’un côté comme de l’autre, il est préoccupant, dans la victoire comme dans la défaite, d’analyser les performances sportives d’une équipe à l’aune de l’origine réelle ou supposée de ses joueurs.

Si on peut délivrer un relatif satisfecit au service public concernant la représentation de la diversité, notamment dans le choix des journalistes et le thème de certaines émissions, l’animation des débats relatifs à l’islam est déplorable.

L’espace médiatique ne cesse de mettre en scène, dans un face à face aussi caricatural que peu représentatif, les islamophobes primaires face aux tenants d’un islam rigoriste, accréditant l’idée, dans l’opinion, que ces deux-là sont les seuls acteurs légitimes du débat social. Plus grave, dans ce face à face, ils se nourrissent l’un de l’autre.

Proposition 7 : favoriser l’émergence d’un islam républicain

Parallèlement à ce débat confisqué, la majorité silencieuse des musulmans de France ne se reconnait pas dans l’alternative entre intégrisme radical et traditionalisme tranquille, tout en étant captive de ces deux discours. Pourtant, ils sont à la recherche d’une nouvelle identification respectueuse à la fois de leur spiritualité et de leur identité, mais en adéquation à leur inclusion nationale. Cet islam décléricalisé, capable intellectuellement de s’émanciper d’une tutelle théologique, de porter un regard critique sur certaines traditions, d’apporter les éléments d’une redéfinition identitaire positive n’a pas aujourd’hui les moyens de son émergence. Les dernières querelles byzantines du CFCM, notamment sur la date du début du jeûne de Ramadan, ont illustré cet état de fait.

L’émergence et la visibilité d’un islam « gallican », émancipé, puisant sa doctrine aussi bien dans les textes scripturaires que dans les valeurs républicaines, démocratiques et européennes est la meilleure voie possible pour les musulmans de France.

 

A ce titre, les pouvoirs publics peuvent jouer un rôle indirect, en facilitant notamment l’intégration symbolique et physique des musulmans dans la communauté nationale. A ce titre, les carrés musulmans sont un exemple éloquent. L’absence de carrés musulmans dans de nombreuses communes condamne bien souvent les défunts à un exil en terre d’origine, loin des proches et de la vie qu’ils se sont construite. L’aménagement de carrés musulmans constituerait la meilleure manière d’inscrire dans l’histoire et dans le cœur de notre pays les musulmans de France. Cela marquerait un enracinement physique et réel et non simplement ponctuel et symbolique.

 

Proposition 8 : créer un pôle universitaire d’excellence sur l’islam

Dans cette perspective, la création d’un pôle universitaire de haut niveau sur l’islam, rassemblant et formant les meilleurs spécialistes de la question et impliquant la participation la plus large possible d’acteurs sociaux, doit avoir pour vocation de mener une activité de recherche sur les évolutions de l’islam contemporain et d’animer le débat sur des questions liées au culte, au dogme ou à l’histoire.

***

En conclusion, la normalisation des relations avec les musulmans de France sera le test de crédibilité de notre République laïque. Parce que la République est un projet politique qui ne doit pas s’accommoder de certains manquements, il est nécessaire de créer les conditions d’un « Nous » inclusif, notamment à travers l’élaboration d’un récit donnant un sens et une continuité à notre histoire nationale. Cela aurait pour vertu d’apaiser, d’éclairer et, enfin, de faire France ensemble.


[1] Undecim signifie onze en latin. C’est ainsi que l’on pourrait designer, par analogie à la figure rhétorique de la reductio ad hitlerum, le fait que tout débat sur l’islam se heurte invariablement au rappel du 11 septembre, disqualifiant ainsi toute parole alternative et interdisant la poursuite de la confrontation sur le plan des idées.

A propos barizakhiari

Sénatrice de Paris Membre du Parti socialiste
Cet article a été publié dans MES COMBATS POLITIQUES. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s